Jeanne fait sacré le roi Charles V

La Pucelle appellée par Saint Michel à vaincre l'ennemi par l'épée

Là oú priait le Général Degaulle dans l'église de Colombey-les-Deux-Eglises, devant le tabernacle, d'un côté le vitrail de Saint Louis et l'autre celui de Jeanne-d'arc. Tout était simple.

Dieu appella une simple bergère de Dom Rémy en Lorraine, par saint Michel archange, à fonder une armée et bouter l'Anglais hors du pays et rétablir le trône de France. En 1422, le roi Charles VI meurt, c'est une chance que le redoutable Henri V soit mort quelques mois auparavant. Son fils Henri VI est trop jeune pour régner, mais il est l'héritier légitime du Royaume d'Angleterre. Ses oncles assurent la régence. Le jeune roi est reconnu par l'église, l'université et le peuple de Paris. Les Anglais jouissent également d'une précieuse alliance avec le duc de Bourgogne, Philippe le Bon. En face, Charles VII règne sur le centre et au sud (pays d'Oc). On le surnomme "le petit roi de Bourges". Il n'a ni argent ni soutiens, si ce n'est celui de sa protectrice Yolande d'Aragon, des Armagnacs et de quelques mercenaires. Le roi est au bord du renoncement lorsqu'il rencontre Jeanne d'Arc.

Jeanne enfant, à Domrémy

Jeanne d'Arc est né en 1412 à Domrémy, aux marches de la Lorraine, dans une famille de paysans nommée "Darc"(assez aisés et appelés laboureurs). Sa famille sera anoblie par Charles VII et changera son nom en d'Arc. Jeanne est une fillette pieuse, illettrée et gai, rien ne la distingue de ses compagnons de jeu. A l'âge de 13 ans, elle eut une apparition de Saint Michel sous l'apparence d'un chevalier, de Sainte Marguerite et de Sainte Catherine. L'archange et les deux saintes lui ordonnent de conduire le dauphin à Reims pour le faire sacrer et de "bouter les Anglais hors de France".

Jeanne entre triomphalement à Orléans

L'épée de Jeanne d'Arc

Une fois l'armure de Jeanne confectionnée, on s'inquiéta de l'épée. "Allez à Sainte-Catherine-de-Fierbois."dit elle. "Dans la chapelle du pèlerinage. Vous creuserez derrière l'autel, vous enlèverez une dalle, des pierres, et à peu de profondeur, vous trouverez l'épée qu'il me faut." Ainsi fut-il fait, et l'on trouva une grande épée à la garde marquée de cinq petites croix. Des traditions affirment que cette épée était celle de Charles Martel qui, après Poitiers, l'aurait offerte aux prêtres du sanctuaire.

La Chapelle, à Paris

Dans la foulée, Jeanne d'Arc tente de convaincre le roi de reprendre Paris aux Bourguignons, mais il hésite. Jeanne mène une attaque sur Paris mais blessée lors de l'attaque de la porte Saint-Honoré l'attaque est rapidement abandonnée et Jeanne est ramenée au village de la Chapelle. Le Roi finit par interdire tout nouvel assaut : l'argent et les vivres manquent et la discorde règne au sein de son conseil. C'est une retraite forcée vers la Loire, l'armée est dissoute.

Héroïne du peuple, jeanne est canonisée

Jeanne, martyre, était devenue une héroïne romantique, la montée du patriotisme moderne la rendit de plus en plus populaire. Le front populaire brandissait Jeanne d'arc pour défendre le peuple. Après la guerre de 1870, "la bonne Lorraine" incarne l'espoir de revanche des Français. Au XXe siècle, Jeanne fait l'objet d'un culte, elle est béatifiée en 1909, puis canonisée en 1920 par Benoît XV qui dit "Nous trouvons si juste que le souvenir de Jeanne d'Arc enflamme l'amour des Français pour leur Patrie, que nous regrettons de n'être Français que par le cœur.".

"Epée et symbole" : exposition du Musée de Cluny, Musée national du Moyen-Age, 6 place Paul-Painlevé à Paris 5.
Site : www.musee-moyenage.fr

Epée, expo à télécharger

Illustrations : Jeanne inspirée par l'archange Gabriel. Jeanne sur le bûcher à Rouem. Jeanne témoin du courronnement de Charles V.

Lisez la Bulle "Miséricordiae Vultus" du Pape François !

Chant à Saint Michel